search
Let's put someting here

Sanctuaires de Aké O’lokan à l’IFL jusqu’au 25 novembre prochain

Spread the love

Ake O’lokan expose « Sanctuaires », sa nouvelle collection de plus d’une trentaine de sculptures aussi intrigantes les unes que les autres actuellement à l’Institut Français de Lomé.

Le vernissage s’est tenu ce samedi 30 septembre en présence du nouvel ambassadeur de France au Togo, SEM Marc Vizy, des passionnés, curieux venus de divers horizons, le tout dans une atmosphère empreinte de mystique et du traditionnel.

L’ambassadeur français a fait part de sa satisfaction par rapport l’Institut Français qui offre un cadre d’accueil à ce grand talent, au grand potentiel et oeuvre réalisée par l’artiste en un semestre et a vivement inciter la jeunesse togolaise à rendre vivant son potentiel.

« La sculpture de la pirogue avec des jeunes inquiets mais plein d’espoir m’a beaucoup marqué. Pour Aké, elle symbolise l’actuelle jeunesse africaine à la croisée des chemins qui ne demande qu’à migrer vers l’occident. Aké veut que cette jeunesse vienne à lui avec son potentiel afin d’œuvrer ensemble au développement du continent », a confié le diplomate français.

Aké O’lokan pour sa part a invité la jeunesse togolaise à être acteur de son propre développement avant de dédier la collection entière à l’arrivée du nouveau diplomate français en terre togolaise.

Les sculptures sont essentiellement faite à base de paille, de terre et autres matériaux dont l’auteur détient la recette.

Un art sauvage? Un art païen ? Un art brut? Les sculptures humaines d’Ake nous rappellent des œuvres antiques ou des fétiches mais aussi des personnages plus contemporains : les super-héros de manga japonais ou les sculptures d’Ousmane Sow.
Hommes, femmes, enfants, animaux, scènes de vie : certaines sculptures sont minimalistes et narratives, d’autres sont monumentales et réveillent les consciences. Elles nous rappellent aussi un art de vivre pour le bien-être des individus et des sociétés.
Mais, ce graveur d’images exprime surtout, à travers ses sculptures, sa profonde sensibilité à préserver et à valoriser le patrimoine culturel et naturel. Cette exposition dans les jardins de l’Institut Français de Lomé invite le promeneur à s’ouvrir au respect, à l’étrange, au mystère, au sacré.

L’exposition se poursuit jusqu’au 25 novembre prochain

4 vues