search
Let's put someting here

Retour d’un vieux faucon du RPT/UNIR à la CENI pour assouvir les désirs de la dictature, vers un nouveau hold up électoral

Spread the love

Lorsqu’on parle de la mauvaise foi du pouvoir qui régente le Togo il y a 5 décennies, certains croient plutôt à un acharnement ou à des calculs politiciens.

Qu’il vous souvienne qu’une crise politique secoue le Togo depuis 4 mois et, l’on n’est pas totalement sortis de l’auberge. Cette situation perdure en partie grâce à la mauvaise foi et la politique du dilatoire dont fait preuve les protégés de Faure Gnassingbé. On en veut pour preuve, la cooptation de l’inusable Eric Kpade l’ancien bouillant député des lacs, un autre cacique du pouvoir qui a fait la pluie et le beau temps dans sa circonscription électorale en son période de règne. Tantôt préfet de cette même localité, ce faucon du système a brillé par des malversations et des gestions tout sauf correctes.

Contre toute attente c’est ce même monsieur, inspecteur de douane de son Etat qui a été dépoussiéré et remis sur scelle pour jouer un rôle lugubre au sein de la CENI dans le seul but de maintenir le pouvoir en place.

Entre temps abandonné par le pouvoir, il n’a eu la vie sauve que grâce à son ami Wona Kokouvi Germain qui lui confié en gestion sa maison de transit sis à Lomé.

Connu pour son arrogance et son zèle pour maintenir le statu quo à la tête du pays et continuer par se sucrer, le monsieur à tout faire d’UNIR à BE-KPOTA ne jure que par Faure pour diriger les rennes de ce pays. On en veut pour preuve les dernières élections présidentielles de 2015, où il a été un acteur non les moindre de la réélection frauduleuse de son mentor. Sa maison transformée en QG du parti a été le nid de toutes les magouilles juste pour le bonheur de Faure qu’il a d’ailleurs réussi à accueillir sur le stade de Dzifa Kpota pour un meeting géant. L’heure est à la récompense et aux promesses politiques et ceci au grand dam de la population togolaise qui continue son chemin de croix.

 Pour mémoire, le nouveau bureau de la CENI le 12 octobre dernier par les députés, les douze (12) nouveaux membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ont prêté serment le vendredi 20 octobre 2017 devant la Cour. Ces 12 nouveaux membres sur 17 possibles proviennent des rangs du parti au pouvoir (UNIR) d’une formation politique proche de l’opposition, le NET et des organisations de la société civile. Ils auront pour tâche, l’organisation du référendum sur la constitution (si les partis politiques arrivent à s’entendre) et des législatives attendues en 2018.

La mission assignée à cette nouvelle équipe de la CENI sur le papier semble raisonnable mais, il faut jeter un coup d’œil sur les éléments qui le composent, notamment Eric Kpade laisse entrevoir le coup de force en gestation. C’est pourquoi le peuple comme un seul homme doit rester mobiliser et se tenir debout pour faire échec à ce projet conduit par l’indélicat Eric Kpade.

La rédaction

 

9 vues