search
Let's put someting here

Redonner un nouveau souffle à la culture du Togo, journalistes et artistes s’y engagent

Spread the love

Le Syndicat National des Artistes du Togo (SYNATO), a organisé ce vendredi 26 mai une conférence débat avec une trentaine de journalistes et animateurs culturels autour de la contribution des médias pour la promotion de la culture.

Il était question d’identifier les causes profondes du manque de compétitivité de la culture togolaise au plan régional et international à quelques exceptions près, de situer les responsabilités de cet échec, de trouver et définir des voies et moyens afin de mieux valoriser la culture togolaise tant sur le plan national, régional qu’international.

A cette problématique, le SYNATO, à travers son Secrétaire général, Redah Koudéma Batenga estime que les médias sont des acteurs incontournables dans cette chaine de valeur. Pour lui, l’artiste n’est rien s’il n’a derrière lui un journaliste pour le vendre et valoriser. Aussi a-t-il présenté un vibrant mea culpa à tous les hommes des médias pour tous les affronts, actes de dédain subis de la part de tous les artistes Togolais avant de les encourager à vivement relancer leur accompagnement aux artistes.

« Le SYNATO interpelle de vive voix les professionnels des médias, les faiseurs d’opinion, les artistes à asseoir une nouvelle orientation, dans une dynamique culturelle nouvelle, afin de sauver l’Afrique pour que nous puissions aller à la décolonisation culturelle », a confié le SG du SYNATO.

Il a également plaidé pour des facilités au niveau du Bureau Togolais des Droits d’Auteur (BUTODRA), pour qu’un plus grand temps d’antenne soit accordé sur les médias aux artistes nationaux et à leurs produits afin d’attiser de nouveau cette passion de consommer du local chez notre jeunesse, ainsi qu’à tous les téléspectateurs, auditeurs et lecteurs.

Plusieurs causes expliquent aujourd’hui, au terme des échanges le statu quo qui règne au sein de la culture togolaise. Du manque de professionnalisme et d’organisation des artistes à la mauvaise foi de certains animateurs, des produits de piètre qualité à un égo démesuré de certains artistes, le SYNATO et les hommes de médias ont décortiqué de bout en bout le secteur culturel togolais caractérisé par une absence totale de compétitivité .

Le Togo, tout comme bon nombre de pays africains, à part les ressources naturelles n’ont rien de mieux à transférer et valoriser à travers le monde que la culture. Pourtant, rien n’est fait dans ce sens au regard des statistiques déprimants qui prévalent : 2%, tel est en effet le pourcentage de l’Afrique dans le commerce mondial culturel.

Aussi l’union sacrée intervenue ce vendredi entre le SYNATO et les professionnels des médias est une grande opportunité pour atteindre des sentiers battus afin de sortir la culture togolaise de l’ornière.

« je suis très heureuse de fructueux échanges que nous venons d’avoir avec les journalistes et animateurs. Cela nous a permis d’aplanir les divergences et de définir de nouvelles orientations afin de rendre plus compétitive notre culture », a confié Mlle Akpaloo Abla Sika, artiste plasticienne et trésorière du SYNATO

Elle permettra à terme à chaque professionnel de média de suivre et de valoriser au moins un artiste, d’organiser ces rencontres d’échanges sur le management culturel,…

Démocrate

(00228) 91 85 40 14

98 60 67 68

democrate2010@gmail.com

10 vues