search
Let's put someting here

Qui en veut à la vie de Tikpi Atchadam du PNP ?

Spread the love

« Quand je circule, je vois des véhicules banalisés, des rondes interminables autour de ma maison, ils sont connus à travers la pratique cinquantenaire ».

c’est en ces termes que le leader du Parti National Panafricain, Tikpi Atchadam décrit les surveillances et menaces auxquelles il ferait l’objet depuis les manifestations organisées par son parti le 19 août dernier dans cinq (5) villes du Togo, de la diaspora et qui ont occasionnée plusieurs morts, blessés, ainsi que des d’importants dégâts matériels.

En effet, contacté plusieurs fois par téléphone, l’homme politique dit craindre pour sa vie. Il l’a encore réitéré les mêmes craintes sur BBC ce mercredi 30 août.

Il dénonce également la chasse aux sorcières actuellement en cours dans la ville de Sokodé, bastion de son parti, de même qu’à Lomé, la capitale.

« Les rafles continuent à Sokodé et à Lomé alors que les manifestants sont sortis nombreux les mains nues pour dire assez au régime cinquantenaire », a-t-il déclaré.

La récente condamnation à une peine d’emprisonnement ferme de un (1) an du Secrétaire général du PNP, le docteur Sama illustre parfaite cette atmosphère, poursuit l’homme qui dit se cacher en sûreté.

Face à ces accusations du leader du PNP, le parti au pouvoir en la voix du ministre du Travail, de la fonction publique et de la réforme administrative, Gilbert Bawara dément, estimant M. Atchadam seul à savoir pourquoi il n’est pas en sécurité.

« Les services de sécurité ne sont pas à la recherche ou à la poursuite du président du PNP. Si on voulait le prendre, il n’y aurait aucune difficulté parce que tout le monde sait où il est », a rétorqué le ministre qui passe actuellement pour le meilleur porte parole du parti au pouvoir sur la même radio, ce même jour.

Concernant le secrétaire général du PNP, continue le ministre, «  il n’est pas interpellé à son domicile mais sur les lieux d’une manifestation illégale, le dimanche 20 août. »

A se demander aujourd’hui si on en veut réellement à la vie de Tikpi Atchadam et qui ? Bien malin qui pourra répondre à cette question.

En attendant, depuis son fort « renforcé et sûr », Tikpi Atchadam a encore martelé que le pouvoir doit tout faire pour revenir à la Constitution de 1992 et accorder le droit de vote aux Togolais de la diaspora au risque de voir de nouveau les populations togolaises dans les rues.

228news

3 vues