search
Let's put someting here

Présidentielle 2020 La mise en garde de Mgr Nicodème Barrigah .Le scrutin se jouera à trois

Spread the love

Que celui qui, librement et en toute conscience, prend la décision de se présenter…considère ses adversaires politiques non pas comme des ennemis à abattre, mais plutôt comme des frères et sœurs ayant d’autres visions de développement pour le pays. »

Le 1er tour de l’élection présidentielle de cette année aura bel et bien lieu le 22 février prochain. En lice, ils sont désormais neuf candidats enregistrés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Sous réserve de la décision de la Cour constitutionnelle, ils seront tous dans l’arène sauf désistement. On a Faure Gnassingbé de l’Union pour la République (UNIR) qui tente de briguer un 4ème mandat, Jean-Pierre Fabre de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Agbéyomé Kodjo du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD), Innocent Kagbara du Parti Démocratique Panafricain (PDP), Pr Komi Wolou du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR), Pr Aimé Gogué de l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI), Me Tchassona Traoré du Mouvement Citoyen pour la Démocratie et le Développement (MCD), Dr William Kouessan de Santé du Peuple et Dr Aubin Thon de Nouvelle Vision (NoVi).
Mais en réalité, parmi ces neufs prétendants au fauteuil présidentiel, seuls trois favoris se dégagent : Faure Gnassingbé, Jean-Pierre Fabre et Agbéyomé Kodjo.
Au regard du zèle que chacun de ces trois candidats affiche, beaucoup de Togolais ont peur de voir leur pays renouer avec les violences électorales. Pour prévenir tout dérapage, le nouvel Archevêque métropolitain de Lomé, Mgr Nicodème Barrigah, lors de sa première messe à la Cathédrale de Lomé le samedi dernier en présence du Président sortant, de Jean-Pierr Fabre et de plusieurs autres hommes politiques, a appelé à la retenue.
L’appel de Mgr Nicodème
Barrigah
Ancien Président de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR), Mgr Nicodème Barrigah est très bien placé pour parler de l’impact des violences électorales sur les Togolais et le pays de 1958 à 2005. Très choqué par ce qui s’est passé, il a jugé urgent de définir la politique aux Togolais (peut-être qu’ils ne le savent pas et c’est pourquoi ils s’entretuent) en s’appuyant sur le Pape François qui disait le 4 mars 2019 lors de sa rencontre avec un groupe de la Commission pontificale pour l’Amérique latine : « La politique n’est pas simplement l’art d’administrer le pouvoir, les ressources ou les crises. La politique n’est pas la simple recherche de l’efficacité, de la stratégie ou de l’action organisée. La politique est une vocation au service. Une diaconie laïque qui promeut l’amitié sociale pour générer le bien commun. » Après cette définition, il a, toujours dans son homélie, dit ce que chaque acteur doit faire pour une élection sans violence. « Dans cet esprit de paix, je lance à l’intention de tous les acteurs du jeu politique cette pressante invitation. Faites preuve de justice, d’honnêteté, de transparence, de calme tout au long des opérations électorales. Ainsi, que celui qui, librement et en toute conscience, prend la décision de se présenter, n’oublie pas que le poste privilégié qu’il veut conquérir est essentiellement celui du serviteur du peuple. Qu’il considère ses adversaires politiques non pas comme des ennemis à abattre, mais plutôt comme des frères et sœurs ayant d’autres visions de développement pour le pays. De même, que les partis politiques se respectent mutuellement et s’abstiennent de toute provocation. Par ailleurs, que les électeurs soient bien conscients de leur droit et qu’ils l’exercent en toute liberté en pensant au bien de notre pays. Enfin que les institutions impliquées dans ce processus délicat jouent leurs rôles en toute indépendance afin que tout se déroule dans la transparence, la justice et la paix. »
Monseigneur sera-t-il suivi?
Ces interpellations du prélat sont nobles. Mais les acteurs concernés vont-ils les prendre en considération ? L’issue du scrutin nous le dira. Asséyé

4 vues