search
Let's put someting here

Exclu avec Ouro-Koumoni Mahawiya, Président de l’association Togo en mêlées et Directeur Technique Adjoint de la Fédération Togolaise de Rugby : « nous peinons à avoir des subventions, des soutiens financiers pour animer la vie du rugby togolais… »

Spread the love

Θ228news (Lomé, le 30 juillet 2018)- En marge de la première édition de Go Togo Rugby Solidaire, M. Ouro-Koumoni Mahawiya, Président de l’association Togo en mêlées et Directeur Technique Adjoint de la Fédération Togolaise de Rugby s’est prononcé sur la situation du ballon oval au Togo, durant un entretien exclusif. Bonne lecture.

 

Bonjour M. Ouro-Koumoni, quelles sont vos premières impressions à l’issue de cette initiative Go Togo Rugby Solidaire ?

Satisfaction totale car toute action qui va dans le sens de créer du jeu ou de la compétition fait vivre le rugby, et pour nous c’est salutaire.
Nous au rugby, peu importe la situation, on positive parce que nous sommes optimiste et travaillons durs dans le sens de l’évolution des choses.

 

Quelle est la situation du rugby togolais aujourd’hui ?

S’il m’est donné de faire un point sur le rugby togolais aujourd’hui, je dirai qu’on a 8 clubs seniors à Lomé, 4 au nord du pays et 14 écoles de rugby. On a essayé de pérenniser le championnat mais depuis le début de cette année, on attend un peu, parce que nous peinons à avoir des subventions, des soutiens financiers pour animer la vie du rugby togolais, au niveau de la fédé.

 

Même attentisme au niveau de l’association Togo en mêlées ?

Au niveau de l’association Togo en mêlées, on ne relâche pas. On fait ce qu’on peut avec des partenaires qu’on a en France notamment Terre en mêlées de Toulouse, Togodo dans les Yvelines autour de Paris. On s’appuie donc beaucoup sur eux afin de faire quelque chose à notre niveau parce qu’on est des rugbymen et on doit agir.
Au niveau de la fédé ce n’est pas encore ça. Elle a du mal à faire certaines choses parce qu’il n’y a pas de moyens, mais cela n’est pas une raison pour que nous dormions. Nous utilisons donc les petits moyens et soutiens dont nous disposons, qui nous permettent de ramener du matériel et un peu d’argent afin d’organiser des activités. Ce faisant, on a le soutien de la FTR, ce qui est une très bonne chose pour nous. Nous espérons qu’il y ait une intensification de ces activités au niveau de la fédération et des associations qui œuvrent dans la promotion de notre sport.

Un tournoi sous régional en perspective, mais un statut quo observé en terme de préparatifs du Togo: À quoi cela est dû?

je ne saurai pleinement répondre à cette question car cette responsabilité incombe à la fédération avec l’État Togolais qui doivent présenter les équipes nationales. Moi je suis un technicien; j’attends donc juste que l’on me donne l’ordre de procéder aux sélections, de préparer les joueurs. En tant que Directeur Technique, je suis seulement dans l’attente et j’espère que la fédération trouvera vite une solution pour qu’on démarre effectivement les choses parce que chaque année, c’est des compétitions qui motivent les équipent et les joueurs qui s’entrainent toute une année. Cela nous permet de marquer aussi notre présence dans l’environnement du rugby africain.

 

Un point d’achoppement?

Ce sont les moyens qui manquent, si vous voulez tout savoir. La fédération depuis le début de l’année a laissé un plan d’actions et un budget annuel qu’il faut que l’État finance. Si cela n’est pas encore fait, on est obligé de rester en attente. Sinon quand on participe à une compétition, on fait tout pour ne pas être ridicule; on donne tout pour finir en haut de tableau et occuper de bons rangs parce que le Togo est une nation de rugby dans ma sous région comparé à certaines nations. Le manque de moyens constitue le problème majeur chez nous et quand c’est comme cela, non seulement les choses ne sont pas bien faites, mais aussi l’on ne commence pas tôt. Et souvent quand vous commencez tard, c’est difficile d’aller gagner des gens qui ont commencé des mois avant vous. Pour preuve, il y a quelques années on jouait les premiers rôles parce qu’on s’y mettait tôt.

 

Un dernier mot?

Nous avons foi en ce que nos autorités trouveront des moyens afin que notre effective participation apporte un plus au rugby togolais et de la sous région.

Propos receuillis par Démocrate 

(00228) 91 85 40 14

98 60 67 68

democrate2010@gmail.com

3 vues