search
Let's put someting here

Exclu avec Hémou Assih, coordonnateur national de la REDD+ « Il est important que l’ensemble de la population puisse avoir une idée sur ce que c’est que la REDD+ afin que les différentes couches socio professionnelles puissent s’engager dans le processus et sa réalisation… »

Spread the love

Le ministre de l’environnement et des ressources forestières a ouvert un atelier ce lundi à Lomé. A l‘initiative de la coordination nationale du Projet de soutien à la préparation à la Réduction des Émissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des forêts (REDD+), cette rencontre qui a pris fin hier a permis aux acteurs réunis de valider deux nouvelles études analytiques. Il s’agit de l’étude sur les causes et conséquences de la déforestation et la dégradation des forêts au Togo et identification des axes d’intervention appropriés » et de l’étude sur l’utilisation des terres et les options stratégiques futures pour l’aménagement du territoire au Togo. La première qui porte sur les causes et conséquences de la déforestation et la dégradation des forêts vise principalement à construire un consensus, aux niveaux régional et national, sur les principales causes de la DDF au Togo et à définir les options stratégiques qui permettraient de lutter contre la DDF et de gérer durablement les ressources forestières. La dernière étude qui porte quant à elle sur l’utilisation des terres et les options stratégiques futures pour l’aménagement du territoire au Togo a pour objectif de contribuer globalement à la création des conditions requises pour que la stratégie nationale REDD+ s’attaque directement aux causes des changements d’occupation et d’utilisation des terres à travers une meilleure maîtrise de la planification et de l’aménagement du territoire y comprises les reformes foncières.

Au sortir de cette rencontre, votre journal est tendu son micro à M. Assih Hémou, coordonnateur national de la REDD+. Le but de l’exercice est de vous permettre, chers lecteurs, de vous imprégner davantage de ce que c’est que la REDD+, sa mission, son fonctionnement, des activités, actions et contribution au développement du Togo. Institution, créée par décret du PR en janvier 2016, la coordination nationale de la REDD+ met en oeuvre le projet de soutien à la REDD aujourd’hui, mais pourrait mettre en œuvre d’autres projets plus tard. Bonne lecture.

 

Que peut comprendre le citoyen ordinaire quand on parle de la REDD+  et quelles en sont les principales missions depuis sa mise sur pied au Togo?

HEMOU ASSIH : La REDD+ se définit de manière étymologique comme la Réduction des Emissions de Gaz à effet de serres dues à la déforestation et à la dégradation des forêts. La REDD+ est un concept qui vise non seulement à lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts, mais aussi à promouvoir la gestion durable des forêts, l’accroissement du stock de carbone à travers des activités de reboisement et surtout la conservation de la diversité biologique. C’est donc un processus qui milite pour l’amélioration de la couverture forestière à travers la promotion des activités qui profiteront aux générations futures via la conservation de la diversité biologique qui nous alimente et nous permet de nous soigner, que ce soit avec des espèces aussi bien animales que végétales. C’est pour cela que nous parlons de processus ; il y a plusieurs implications et c’est multisectoriel.

 

Comment fonctionne la REDD+ ?

HEMOU ASSIH : Le Togo s’est engagé dans la REDD+ et a concrètement démarré ses activités au plan national depuis janvier 2015. Depuis cette date, notre pays met en œuvre un document qui a été accepté par le Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FPCF) qui est le partenaire de ce processus REDD+, en mettant à disposition du Togo, un montant de 3,8 millions de dollars US, pour lui permettre de se préparer à la REDD+. Ce fonds, faut-il le rappeler, est administrer par la Banque Mondiale. Nous avons donc une première phase de ce processus qui consiste à la préparation du Togo à la REDD+, une phase que nous sommes en train de mettre en œuvre. Nous y avons commencé par le lancement du processus, aussi bien sur le plan national que régional puisque c’est une nouvelle thématique ; il est important que l’ensemble de la population puisse avoir une idée sur ce que c’est que la RED+ afin que les différentes couches socio professionnelles puissent s’engager dans le processus et sa réalisation. Nous avons également mis en place une stratégie de communication afin de permettre à tout un chacun de comprendre ce que c’est que la REDD+ et les activités avenir à mener dans le cadre de ce processus. Nous avons donc un site web qui nous permet de communiquer avec l’ensemble des parties prenantes et surtout à cette phase, nous avons l’appui à l’organisation des parties prenantes devant participer à ce processus qu’il s’agisse de l’administration publique à travers la mise en place des groupes sectoriels dans tous les ministères, de la société civile à travers leur harmonisation pour une structuration plus harmonieuse en vue de leur participation cohérente au processus, ou du secteur privé notamment les organisations paysannes qui mènent des activités agricoles sur lesquels portent les arbres et les forêts, et aussi les planteurs privés qui s’engagent dans le reboisement.

 

Des activités et actions sur le terrain ?

HEMOU ASSIH : Nous avons un certain nombre d’études analytiques qu’il faille réaliser avec précision pour connaitre des données qui nous permettent d’élaborer notre stratégie, parce qu’il faut partir sur des bases réelles, des données qualitatives et quantitatives vérifiables. C’est en ce sens que nous avons mené une  quinzaine d’études analytiques dans divers secteurs visant le secteur énergétique en terme de carbonisation du charbon de bois que nous exportons, le secteur de l’aménagement du territoire en terme d’affectation des terres, le secteur l’environnement en terme de création et de gestion des plantations, et également causes et conséquences de la déforestation,… Toutes ces études doivent être corrélées avec l’analyse de l’historique du secteur forestier du couvert végétal togolais et dans ce sens nous sommes partis sur des bases des années 1970 où nous avons pu identifier des photos aériennes et des ortho photos  qui étaient disponibles à la Direction Générale de la Cartographie, et qui nous permettent donc de faire une analyse sur trente (30) années de ce qu’a été notre couvert forestier.

Toutes ces études vont nous permettre de définir une stratégie avec des options ; nous connaissons des axes d’interventions et des axes stratégiques, il faudra donc définir pour chaque axe des options stratégiques d’interventions pour inverser la tendance et redonner une couverture forestière au pas dans le temps et dans l’espace. Pour se faire nous devons également tenir compte des impacts positifs et négatifs qui résulteraient de la mise en œuvre de cette stratégie d’où l’association d’un autre processus sous-jacent qui est l’évaluation environnementale, sociale et stratégique qui est concomitamment menée dans le cadre de ce processus et qui va prendre en main l’analyse de ces différentes options qui sont ressorties de la compilation et de l’exploitation des résultats des études analytiques et de la participation des parties prenantes, pour qu’on puisse avoir de façon consensuelle aux plans national et régional des options appropriées pour notre pays.

 

Quel impact et contribution au développement du Togo d’une part, et des populations togolaises d’autres parts ?

HEMOU ASSIH : La REDD+ est une stratégie multisectorielle, ce qui crée un cadre d’intervention pour l’ensemble des secteurs d’activités du Togo. Dans ce sens, la REDD+ va améliorer tout le Togo, étant un processus qui ne va pas contre les politiques sectorielles. Il renforce au contraire ces politiques sectorielles. Si par exemple il y a une couverture forestière améliorée, le secteur de l’agriculture en sera bénéficiaire dans la mesure où la pluviométrie sera améliorée également, les sols auront leur fertilité, la production améliorée et le monde des paysans trouvera des retombées positives. De la même façon, beaucoup de forêts veut dire que la ressource est abondante et le secteur forestier pourra l’exploiter à travers les bois de service, la production des meubles, la population qui pourra en jouir, et c’est la prospérité qui va se créer puisque des entreprises industrielles pourront s’implanter, transformer, exporter et créer de la valeur ajoutée pour notre pays. Il  a également sur le plan social des populations qui vivent aux dépens de ces ressources forestières, qui vont se créer des activités forestières durables qui vont leur permettre de survivre, de construire l’avenir de leurs familles basées sur l’exploitation de ces ressources de façon durable. Pour finir, notons que l’environnement écologique sera fortement amélioré, une réponse  de la contribution du pays à l’effort mondial de réduction des émissions dues à la déforestation ou à la dégradation des forêts. Pour lutter contre les changements climatiques, le Togo aurait alors rempli son engagement progressivement, en améliorant son taux de couverture forestière, et en réduisant par l’augmentation de ce couvert forestier l’effet des changements climatiques.

 

Quelles sont pour clore notre entretien, les perspectives d’avenir de la REDD+ ?

HEMOU ASSIH : Nous sommes actuellement à la phase de validation des différentes études analytiques, et nous comptons exploiter les différents résultats de ces études pour élaborer notre stratégie, version une (I). Cette stratégie elle-même doit être assortie des options stratégiques qui doivent faire l’objet d’analyses dans le cadre de l’évaluation environnementale, sociale et stratégique. A la fin de tut ceci, nous devons disposer des options affinées avec un plan d’actions constitué de programmes et de projets identifiés par des acteurs qui s’adossent à chaque option stratégique pour permettre au Togo dans tous les domaines, de relever un peu le niveau de son développement, et de créer un cadre propice pour l’amélioration de la productivité qualitativement et quantitativement, gage de création de la richesse pour les populations togolaises. Je vous remercie.

Réalisée par Démocrate

 

Source: Le LIBERAL du 21 mars 2018

3 vues