search
Let's put someting here

Eliminatoires CAN Egypte2019/Elimination du Togo Claude Marie Le roy , le plomb dans l’aille des Eperviers

Spread the love

(228NEWS/ Lomé, le 26 mars 2019)- Le Togo a effectué dimanche 24 Mars 2019 un périlleux déplacement sur Cotonou pour y défier le Bénin, dans le cadre de la dernière journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations Egypte 2019.

C’est l’antre du Stade Général Mathieu Kerekou de Cotonou qui a été témoin à l’élimination des Éperviers du Togo; tout était fait pourtant pour que les espèces aillés du Togo reviennent à Lomé avec une qualification .

Mais les efforts des autorités sportives de notre pays avait mis les bouchées double permettant à Claude Marie Leroy pour faire rayonner le football au pays de Dr Kaolo.

Au finish , il s’est avéré que le sélectionneur breton est le véritable frein à émergence du groupe “TOGO” . Le constat était encore alarmant le weekend dernier à Cotonou où cette équipe des Écureuils du Bénin a largement dominé son adversaire dans tous les compartiments de jeu.

Une équipe sans âme et noyé techniquement. Ce qui nous pousse à déduire l’incompétence du sélectionneur actuel du Togo qui doit rendre le tablier.

Film de la rencontre

Tout a commencé à 16 heures GMT quand Mr BAMLAK TESSEMA WEYESA a donné le coup d’envoi de ce match qui comptait pour la dernière journée des éliminatoires de la CAN EGYPTE 2019.
Les Éperviers en maillot blanc, ceuilis à froid n’ont pas eu le temps de bien s’installer quand David Djigla a trouvé le chemin des filets de Djeri Bassa à la  11ème minute de jeu. Un coup dur et précoce pour ADEBAYOR et les siens. Après une série d’efforts louables pour revenir au score, les poulains de Claude Marie Leroy, ne sont pas parvenus a égaliser avant la fin de la première mi-temps. A la pause , le marquoir indiquait 1-0 en faveur du Bénin.

A la reprise, les éperviers ont donné le tout pour le tout. Claude Leroy a utilisé tous ses cartouches notamment l’entrée en jeu de Fodo Laba et de Placca Fessou. Mais ce dispositif offensif n’a pas vraiment bougé les lignes. Il a fallu attendre la 71ème minute pour qu’Adebayor redonne un nouveau souffle de vie aux togolais par un coup de tête qu’Allagbe Saturnin le portier Béninois a eu du mal a intercepté.

L’espoir d’une probable qualification renaît ainsi dans le camp des Togolais. Mais la mission s’annonçait plus compliquée qu’on le pensait. Les Éperviers avaient donc le choix entre marquer un nouveau but pour se qualifier ou encaisser un autre but pour être éliminer. Quoi de plus motivant pour mouiller les maillots!!

Mais le destin en a décidé autrement. N’ayant plus été battu à domicile depuis près de 7ans, les Écureuils ont marqué leur avantage au marquoir à la 83eme minute par un but de Steve Mounie devant lequel Bassa Djeri a encore une fois été impuissant. Score final 2-1 en faveur du Bénin.

Analyse

Que retenir de cette élimination douloureuse des Éperviers du Togo ?

Le sélectionneur du Togo qui avait pour mission de qualifier le Togo pour la CAN 2019 , a échoué , à l’heure du bilan , on retient que le technicien breton a rendu une copie très médiocre au total , Claude Marie Leroy avec le Togo c’est 26 matchs pour seulement 8 victoires , 8 matchs nuls , 10 défaites et 2 victoires en match officiel ( Djibouti-Gambie). Une très maigre moisson qui ne milite nullement pas à la faveur de son maintien en poste.

Une seule victoire à domicile pour un entraîneur moderne pendant pratiquement 3 ans , c’est à chercher dans les annales du football.
A la sortie de la défaite contre l’Algerie Claude Leroy déclarait ceci:

“ Si on ne passe pas en mars contre le Bénin ce sera la fin de mon aventure au Togo”

Il poursuit:

“ Je suis abîmé par cette défaite … Nous avons fais d’énormes erreurs . L’équipe algérienne est cohérente . Avec le Congo je me suis qualifié à la dernière journée , je le ferai pour le Togo. Je regrette le 4e but. J’assume cette défaite de cet après-midi . Hakim et Djene nous ont manqué . Je le répète , on va se qualifier au Bénin”
Claude nonobstant cette déclaration joue à la diversion sans langue de bois après l’élimination , il a rendu un vibrant hommage à ses joueurs en manquant de dire l’essentiel :

“J’ai félicité tous mes joueurs pour le travail qu’ils ont abattu durant ces trois années. Je pense avoir constituer la bonne équipe durant cette période. Sheyi a fait un bon match ce soir et donné tord a ceux qui pensent qu’il n’a plus sa place dans cette sélection. Je vais aller un peu en vacance. Pour le moment je ne sais pas ce que réserve l’avenir.”, a t’il lâché en conférence de presse après le match.

Pourtant à son arrivée à Lomé c’était euphorie totale les mordus du football ont très vite crié au printemps. Mais c’est sans compter avec les caprices du « Head coach »des Éperviers du Togo qui, entre arrogance et insouciance a plombé l’espoir de tout un peuple.

Aujourd’hui, à la lumière de tous les éléments précités il impérieux que le technicien octogénaire libère le plancher.
Une inefficacité avérée
Si certains ont vite fait d’étouffer nos doutes à sa prise de fonction, cela ne pourrait plus être le cas aujourd’hui où les Éperviers du Togo sont éliminés dans la campagne à la qualification pour la CAN Egypte 2019.

Un technicien inefficace qui n’a de cesse vendu son unique titre obtenu au Congo alors que la CAN se jouait avec seulement 8 équipes, après quelques prouesses avec le Cameroun et le Sénégal.

Mais depuis son accession à la tête de la sélection A du Togo, il n’a fait qu’aligner des contre-performances doublées d’une arrogance et d’une autosuffisance avérée rendant la collaboration difficile vis-à-vis de son premier employeur qu’est la FTF.

Claude Leroy avec le Togo, c’est 8 matchs officiels dont 3 défaites, 3 nuls et une simple facile victoire face à la modeste sélection djiboutienne; 10 buts marqués 12 encaissés.

Sur les quatorze rencontres amicales qu’il a eu à disputer, le sorcier blanc désormais démystifié a connu 5 défaites, autant de victoires, et 4 matchs nuls avec 17 buts marqués pour 15 encaissés.

De quoi poser de sérieuses interrogations quant à la fiabilité et la rentabilité de l’investissement que constitue Claude Marie Leroy.

Aujourd’hui il est clair que le système prôné par le vieux entraîneur français a besoin d’être actualisé et il impérieux que les décisions importantes se prennent rapidement au sommet de l’Etat pour éradiquer le mal Claude Marie leroy à la racine puisqu’il ne jure que par une certaine amitié entre lui et le chef de l’Etat ce qui le place au-dessus de tout contrôle et d’un quelconque rapport à la hiérarchie.

Claude Leroy, ce sont des millions du contribuable gaspillés à chaque journée FIFA pour un résultat chaotique. Le Togo avait connu par le passé des entraîneurs qui peinent même à regrouper les joueurs à 2 jours d’un match capital mais, faisaient des résultats.

Pour ceux qui doutent encore de l’inefficacité de vieux coach breton, son adjoint Hervé Renard a déjà remporté deux CAN et a même entraîné une équipe de Ligue 1 française depuis qu’il a décidé d’évoluer en solo. Idem pour le Congolais Florent Ibengué qui fait de bonnes choses avec la sélection de son pays actuellement. Sébastien Migné son premier adjoint au Togo n’est pas du reste.

Une sélection Nationale plus que divisée et décimée sous les ordres du Tandem Claude-Shéyi

Une opération de charme au centre duquel il y a un certain Emmanuel Shéyi Adébayor, une autre paire de manche du tandem qui plonge le football togolais dans la léthargie depuis belle lurette.

Les doutes sur les actuelles réelles capacités de résultats du « sorcier blanc » Claude Marie Leroy à la tête des Eperviers du Togo, de même que les espoirs d’un miracle d’Adébayor sont plus que sérieuses et fondées.

Si la qualification à la CAN 2019 s’est éloigné , ce n’est que le fruit d’une réalité que bon nombre d’acteurs du football togolais ont refusé volontairement ou non de voir.

Imposé d’où, nul ne saurait le dire, l’équipe de Claude, conduite par SEA le plus controversé capitaine qui a marqué un but litigieux à Cotonou doublé d’une piètre prestation face aux écureuils du Bénin .

Dernier du groupe D et devancée par la modeste formation Gambienne, la sélection du Togo a joué les derniers rôles dans ces éliminatoires avec 0 matchs gagnés à domicile et 2 nuls , inconcevable de voir le Togo à une dernière position derrière la Gambie, le Bénin et l’Algérie.

Une défaite face à l’ Algérie et le frustrant nul face au Bénin à domicile. Ceci en partie dû aux mauvais choix du sélectionneur qui dans un semblant de promotion du talent local, place des pions pour des intérêts personnels. En complicité avec l’autre larron SEA, les décisions de Leroy ont fait fuir les vrais talents de la sélection.

La chasse aux binationaux illustre parfaitement cette situation où notre sélection se voit dépouiller de ses meilleurs éléments et potentiels, la liste est très longue. Claude Leroy, dans son optimisme légendaire,a enchaîné des contre-performances à la tête des Éperviers du Togo et multiplie des mauvais choix, laissant ainsi perplexe le public sportif togolais qui u finish paie le prix de l’élimination .

L’autre larron du tandem n’est plus à présenter. SEA, puisque c’est bien de lui il s’agit n’est plus un véritable leader et modèle autour duquel , il faut bâtir une sélection qui vise loin. Le capitaine des Éperviers n’est plus performant en sélection. Son dernier but marqué en sélection remonte au 12 novembre 2017.

Malgré tout cela, il veut toujours être au four et au moulin. Âgé de 34 ans, Shéyi Emmanuel Adebayor le dieu des dieux de la sélection nationale, ne séduit plus à travers ses prestations.

Plus de lucidité devant les buts, rien que des débauches physiques inutiles. Il l’a encore prouve dimanche à Cotonou. Il a repoussé tout comme son complice à demain leurs possibles retraite vis-à -vis de la sélection nationale.
Ayant vendangé l’occasion de se recoller au classement synonyme de qualification en dominant le Bénin pourtant prenable dans son antre de Cotonou dans ce groupe D des Éliminatoires de la CAN 2019.

Le Togo pourra se donner une nouvelle santé sportive en prenant de très bonnes décisions sportives et se séparer de son sélectionneur et faire le ménage autour de la sélection. Le Togo doit cravacher dur pour se qualifier à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations Cameroun 2021.

Il est impérieux que ces deux vident rapidement le plancher afin de sauver le navire en détresse des Éperviers du Togo.

Bienvenu, de retour de Cotonou

5 vues