search
Let's put someting here

Drame deWACEM Le cri de coeur du SADD sur la situation des victimes

Spread the love

Le SADD a organisé lemercredi 21 décembre 2016 à Lomé une conférence de presse afin
d’attirer l’attention du gouvernement togolais ainsi que des populations sur la déplorable
situation des familles des victimes du drame de WACEM, a constaté le reporter du journal
togolais.
Au-delà du cri de c ur, au regard de la difficile situation financière et émotionnelle que vivent les familles des victimes de ce drame survenu il y a dix huit (18)mois, il s’agit pour le
SADD, en cette occasion de lancer un appel pressant aux autorités compétentes de créer les
conditions nécessaires d’une convention collective sectorielle des mines.
« On pensait que nos souffrances du point de vue financier allait s’améliorer après la
décision du tribunal de Tabligbo. Après avoir causé la mort de nos chers parents ils se
permettent le vilain luxe de marchander leur vie. Nous n’avons jamais connu une misère
pareille du vivant de nos parents c’est pourquoi nous lançons un cri de c ur à l’endroit du
chef de l’Etat qui est le seul qui peut nous sortir de cette situation», déclara avec amertume
M. Gomavo Voltaire fils du feu Gomavo Toussaint décédé lors de l’accident face à la décision
de WACEMde faire appel à la décision du tribunal.
Pour Yves Dossou, président du SAAD, il urge que les négociations sur la convention
collective sectorielle des mines soient relancées. Démarrées en mars2013 ces négociations
ont buté sur les questions salariales. Cette situation entraine la violation des droits des
travailleurs avec en point de mire l’entrave à la liberté syndicale et au droit de négociation.
Le SADD a par ailleurs dénonce les licenciements abusifs des travailleursmilitants au sein
d’un syndicat, les diverses intimidations et menaces de la part des employeurs de même
que de certaines autorités centrales et lance un appel au chef de l’Etat chef suprême des
armées afin de jeter un regard sur la situation de ces victimes.
Le 30 juin 2015 à WACEM, un accident de travail est survenu entrainant la mort de cinq (5)
travailleurs togolais. Au bout de 16mois la justice togolaise a rendu son verdict (6 octobre
2016), une décision saluée par la population togolaise car elle permettrait aux veuves et
enfants des victimes du drame de souffler. La décision stipule que la sociétéWACEMest
condamnée à payer une somme de 300.000.000 CFA aux familles des victimes.Mais jusqu’à
ce jour la société auteur du dommage n’a versé que 2.500.000F CFA à chaque famillepour
enterrer leursmorts et a fait appel de la décision au lendemain des funérailles, un volte face
piteux. Depuis, veufs et enfants continuent de croupir dans une indescriptible misère devant
les yeux impuissants des familles éplorées, du gouvernement face à une riche et puissante
entreprise multinationale dont la désinvolture sur un territoire conquis n’est plus à
démontrer.
Démocrate

4 vues