search
Let's put someting here

Deux jeunes font les frais de leurs opinions politiques

Spread the love

Au Togo, deux jeunes élèves sont jetés à la prison civile de Lomé pour des vidéos critiques à l’égard du régime.

Suite aux rumeurs relatives à la mise en garde à vue de deux élèves du probation, les agents ont déféré à la Prison civile de Lomé, ces deux jeunes élèves enlevés et détenus arbitrairement pour diffusion de vidéos critiques contre le régime.

Selon des informations des membres des deux familles, ils évoquent également le cas d’un troisième qui est dans les mains des gendarmes.

Dans une vidéo diffusée via le réseau social TikTok, l’un des jeunes élèves sensibilise les gens de sa génération sur la gravité de la situation politique actuelle qui va assombrir l’avenir de la jeunesse. Le contexte d’une 5ème république assurant un pouvoir à vie à Faure Gnassigbe et la victoire écrasante de son parti aux législatives ne sont pas de nature à enjoliver un avenir déjà terne.

Cependant, la jeunesse des TikTokeurs a peut-être suscité de fortes inquiétudes de la part des sbires du régime, qui, pour éviter un effet de contagion, ont certainement préféré étouffé la contestation dans l’œuf.

Certaines sources relatent que les élèves ont été pris dans un honteux guet-apens. Une dame, probablement en service commandé, appâte les enfants en se faisant passer pour une de leurs fana, les attire dans un bar où les gendarmes du SCRIC enlèvent les gamins.

Bien que la suite de l’affaire reste floue, le constat est que personne ne veut se mêler, les parents des jeunes élèves y compris sous prétexte d’aggraver la situation. De même que les voisins jusqu’au dépôt des enfants à la prison civile de Lomé, à la stupeur générale.

Notons qu’aucune information publique sur les éventuels chefs d’accusation à l’encontre des enfants, ni le juge qui a écroué les enfants, n’est publiée.

Mais une chose est certaine, l’affaire suscite la réprobation sur les réseaux sociaux. Beaucoup d’internautes s’étonnent du déclin du climat politique et du rétrécissement continu de la liberté d’expression, de l’accentuation de la dérive autocratique.

Moïse AKAKPO

579 vues