search
Let's put someting here

De nouvelles infrastructures modernes dans la préfecture du Golfe

Spread the love

le Préfet du Golfe, le Col Awaté Hodabalo (photo coup de pioche), accompagné du Président de la délégation spéciale de la préfecture du Golfe Kossi Aboka (photo interview), ainsi que d’une forte délégation, a entamé une tournée de premier coup de pioche de certaines infrastructures publiques dans plusieurs cantons de la préfecture ce jeudi 25 janvier.

La construction de ces édifices publics s’inscrit dans la droite ligne des actions prioritaires de développement et vient déblayer le terrain d’autonomisation de ces localités dans le cadre du processus de décentralisation en marche dans notre pays

Il s’agit en l’occurrence de la construction d’une clôture de la gare routière d’Agbalépédogan, d’un état civil et d’un abattoir avec une chambre froide à Togblékopé, et enfin d’un état civil à Baguida

Pour le préfet du Golfe, la construction de ces états civils modernes répond aux besoins d’établir des actes de naissance à tous les togolais naissant dans ces cantons Il a relevé le fait que sur  10 faux actes de naissance de la préfecture du Golfe, 08 proviennent du canton de Baguida; aussi il incombe à la préfecture de trouver des voies et moyens pour pallier à cela.

La mise en place d’un abattoir moderne équipé d’une chambre froide au marché des bétails de Togblékopé vise à permettre aux bouchers et charcutiers de livrer de la viande propre, destinée à la consommation des populations.

Partout, il a exhorté les populations à faciliter le travail aux entreprises attributaire des marchés par une appropriation du projet, signaler d’éventuelles anomalies et manquements, demander aux entreprises de respecter les cahiers de charges et surtout de livrer les ouvrages dans les délais impartis.

Financés sur fonds propres de la préfecture, ces cérémonies ont été l’occasion pour le Président de la Délégation Spéciale de la Préfecture du Golfe, d’interpeller une fois de plus les populations sur la nécessité de s’acquitter des impôts, taxes et autres droits, ainsi que celle d’utiliser à bon escient ces ouvrages.

Il s’agit notamment des tickets de marchés, des droits de carrières, d’encombrements, de boutiques,….

A Baguida, la problématique de l’utilisation du marché moderne construit que les populations rechignent à fréquenter a été donc soulevée.

« Nous sommes comme des abeilles qui se nourrissent du miel qu’elles produisent », a déclaré M. Aboka à cet égard, rappelant aux populations que ce marché moderne laissé en désuétude est un manque à gagner pour la communauté. Les chefs locaux, responsables des CDQ de mêmes que des responsables des différentes associations de commerçants ont été invités à accorder leurs violons dans les plus brefs délais.

L’abattoir de Togblékopé va coûter en tout 52.440.207 FCFA tandis que l’état civil de la même localité coûtera 21.340.612 FCFA. A Baguida, c’est au total 18.766.828 FCFA que coûteront les travaux.

Les bâtiments d’état civil seront construits en rez de chaussée  avec deux bureaux, une salle polyvalente aménageable en bureau, 04 toilettes dont deux en interne, des escaliers et une terrasse servant de salle d’attente, le tout sur un espace de 125 m². Les travaux vont durer 04 mois.

La tournée se poursuit ce vendredi 26 janvier à Adidogomé.

Démocrate

17 vues