search
Let's put someting here

CHU-SO: Un sit-in des agents durant toute la semaine à compter de ce lundi

Spread the love

Θ228news (Lomé, le 12 août 2018)- Les agents de santé du bureau local du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du Togo (SYNPHOT) étaient en sit-in le vendredi 10 août dernier devant la Direction générale du CHU-SO pour réclamer les trois (3) mois de salaires comme primes de garde impayés, le payement d’arriérés d’avancement depuis 2012 et la suppression des précomptes en cours.

À défaut d’obtenir satisfaction, ils observeront un sit-in durant toute la semaine à compter de ce lundi 13 août 2018.

Ces agents de santé réclament des primes de garde des trois (3) mois (avril, mai et juin), l’apurement pur et simple de leurs arriérés d’avancement depuis 2012, et la suppression des précomptes en cours.

M. Ali Banna Abdou, Secrétaire Général du bureau local du SYNPHOT CHU-SO présente ainsi les faits qui ont motivé la tenue de leur sit-in le vendredi dernier devant la Direction du CHU.

« C’est avec regret qu’on s’est retrouvé dans ce mouvement de sit-in. Faut-il rappeler, on a eu à faire des mouvements de cessation de travail, que nous assumons et c’était pour réclamer l’équipement de nos centres, le recrutement du personnel pour une meilleure prise en charge des patients. Nous l’assumons qu’il y avait eu des mouvements. Par après, les discussions ont été ouvertes et nous avons accepté d’aller à ces discussions tout en ayant mettre un peu de l’eau dans notre vin. A notre grande surprise, notre employeur refuse de mettre de l’eau dans son vin et continue par nous faire des précomptes. Malgré qu’il nous doit des arriérés d’avancement depuis 2012 qui ne sont pas encore payés, actuellement 3 mois de garde sont impayés et il se permet de nous faire des précomptes sur nos salaires », à t’il confié avant d’ajouter que « maintenant ce que les agents veulent, c’est qu’il nous paye notre droit, notre dû qu’ils nous doivent depuis 2012, nos arriérés d’avancement, nos primes de garde aussi car, les agents laissent leurs familles et viennent passer des nuits pour rendre des services et ça fait déjà trois (3) mois de nuit non payés. Les camarades sont déterminés, ils sont prêts à réclamer leur droit. C’est à l’autorité de prendre ses responsabilités. Comme il nous dit avoir le droit de nous prélever, la même loi lui oblige à payer les travailleurs ».

Par ailleurs, ces agents demandent au directeur de respecter la loi qui dit qu’il faut payer les fonctionnaires et les employés faute de quoi, ils durciront le ton en observant un sit-in durant toute une journée ou toute une semaine.

Il faut rappeler que ces agents ne réclament que le payement immédiat des trois (3) mois de garde, l’apurement pure et simple de leurs arriérés d’avancement depuis 2012 ainsi que la suppression des précomptes en cours.

Il est à noter que cette même histoire s’est également passée au CHU-Campus où les agents ont menacé d’aller en grève avant que le directeur n’entre en discussion avec des syndicats et après des réunions sur réunions, ils ont trouvé des gains de cause. Aux dernières nouvelles, leurs précomptes ont été finalement reversés à ces agents du CHU-Campus à la billetterie.

Au-delà de ces revendications, ils réitèrent l’équipement des différents centres de santé du pays pour une meilleure prise en charge des patients.

Raoul

4 vues