search
Let's put someting here

CAN Gabon 2017 Les signes précurseurs d’une CAN difficile pour le Togo . De la nécessité de recadrer Claude Le Roy et son valet

Spread the love

Le Togo quitte prématurément son tournoi après deux défaites .C’est une équipe togolaise conduite par le tandem Sébastien Migne Abalo Dosseh, qui n’a été que l’ombre d’elle-même sur ses deux sorties. Une équipe bâtie sur fond de complaisance et de copinage. Cette élimination précoce et inattendue des espèces ailes du Togo laisse entrevoir, la difficile Coupe d’Afrique des Nations que vivra le Togo en janvier prochain en terre Gabonaise et l’inefficacité de la paire Claude le Roy-Sébastien Migne.
Le Togo s’est incliné (0-1) devant la Côte d’Ivoire lundi dernier dans le cadre de la 2è journée dans la poule A du tournoi de l’UEMOA. Une défaite de trop qui met hors course les protégés du technicien Français Sébastien Migné, secondé d’Abalo Dosseh qui ont assisté impuissants à cette débâcle des Eperviers locaux.
A l’issue de la rencontre, le sélectionneur des Eperviers locaux Sébastien Migné justifie cette défaite par le manque d’expérience et de maturité de ses poulains.

« Je parais difficile de reprocher des choses aux garçons dans l’investissement, dans l’idée qu’on essai de leur inculquer de produire de jeu mais on est dans l’apprentissage de haut niveau. On savait au début du tournoi, même si je vous avais trouvé un peu dur à l’issue du premier match face à une équipe qui nous était supérieure, je pense qu’on est à des années-lumière au départ par rapport à ces nations. Nos équipes de jeunes ne sont pas engagées dans les compétitions U17, U20 ces dernières années. Il n y a pas eu de championnat pendant de nombreuses années. On n’a pas fait de compétition comme le CHAN depuis de nombreuses années. On n’avait pas de clubs qui se trouvaient parmi les huit dernières équipes dans les joutes africaines, c’est une réalité, contrairement à ASEC, le Stade Malien par exemple, donc on manque de maturité, d’expérience. Aujourd’hui on joue, on voit qu’il y’a de la qualité. Si cette équipe travaille dans quelques temps, ces matchs-là, on ne le perdra plus. L’expérience et la maturité, juste pour resituer le débat » a fait savoir Sébastien Migné à la fin du match.

Si cette analyse du coach des Eperviers A’ parait logique, il n’en demeure pas moins que la méthode du technicien Breton et son Adjoint est sans reproche. Il a fait preuve de légèreté dans ses choix et surtout dans la composition de cette équipe laissant à la maison le meilleur buteur du championnat et son dauphin juges pas au top.
Si on a pu vivre une compétition aussi chaotique à domicile après des mois de préparation soldes par des matchs amicaux et des stages, il est quand même impérieux et inquiétant de remarquer que l’équipe joue dans une méforme sans précédente et fait preuve d’une nonchalance criarde avec, un fond de jeu presqu’inexistant calqué sur une équipe inexistante. Aujourd’hui, l’on s’interroge sur le travail que fait des entraineurs recrutes et payes a coup de millions par le contribuable.
Il est d’autant plus inquiétant de s’interroger sur l’avenir de ces sélectionneurs et par ricochet sur la CAN (Coupe d’Afrique des Nations). Qui s’annonce très difficile dans le nid des Eperviers si ces deux techniciens continuent par faire leurs volontés et ne veulent pas prendre en compte les remarques constructives en vue d’une bonne prestation à la CAN.
C’est le lieu de rappeler l’urgence de faire appel à Jonathan Ayite et certains joueurs pleins d’expérience comme Wome Dove habitués aux joutes continentales pour être à l’abri d’une CAN catastrophique.
De la Nécessité de sauver ce qui peut l’être
Si l’arrivée du technicien Breton a suscité beaucoup d’espoirs dans le cœur des mordus du football au Togo , il n’en demeure pas moins que le errements dont-il fait preuve à quelques encablures près de la CAN soient analysés et critiqués d’une manière acerbe.
Sinon , comment comprendre qu’un technicien de sa trempe ne peut pas faire la distinction entre un attaquant de haut niveau qui a fait plusieurs compétitions et à jouer pendant longtemps dans des championnats huppés et un débutant. Il est aberrant et frustrant de constater aujourd’hui qu’un attaquant amateur est préféré à Ayité Jo au moment dans une poule où , nous nous apprêtons à jouer contre les équipes comme la CI , le Maroc et la RDC.
C’est encore à cet instant qu’on s’amuse à convoquer des Néo-Eperviers réticents à rejoindre le nid. Le cas Gilles SUNU est révélateur. Un Mlapa Peniel qui n’a jamais fait avec les réalités des vestiaires Africaines. Comment va t-il se prendre pour intégrer cette réalité quelque peu dure des nos sélections et surtout la CAN qui est une autre expérience? A cela s’ajoute , le cas Sheyi Adébayor qui continue par être dans les plans du sélectionneur même très diminué. Il a fallu que le joueur crie publiquement sa méforme pour faire entendre raison à son coach. Les cas Agassa , Gafar Maman sont des exemples.
Comment un sélectionneur du calibre de Claude peut s’amuser avec une sélection jusqu’à ce point? Pour rappel , c’est avec la même équipe mais avec des moyens réduits que son compatriote Didier Six a fait des résultats avec un fond de jeu présent jusqu’à hisser le Togo en quart de finale de la CAN.
Claude Le Roy au lieu de se consacrer au travail et être au dessus de la mêlée avec les moyens énormes mis à sa disposition se plait à se faire le « dieu » du Togo. Refusant de prendre en compte les nombreuses suggestions de la presse et de tous les autres acteurs de ce football. Faisant toujours preuve de complaisance et d’amateurisme dans ses choix.
Quel est cet entraineur engagé par le Togo et qui a eu tous ces moyens? Même un match amical est difficilement réalisé , ses prédécesseurs n’avaient que les trois ou deux joueurs avant les rencontres pour faire montre de quoi ils sont capables. Pas de stage de regroupement , pas de prime de regroupement , pas de condition bref autour du travail.
Aujourd’hui , Dieu merci , le politique a compris la nécessité d’invertir dans le sport roi , pourquoi donc ne pas accompagner ces moyens de bons résultats? Quelle est cette équipe locale Togolaise qui a eu les conditions de travail pareilles à celles que la bande à Sébastien Migné à eu cette année et nonobstant le fait que ce travail ait commencé depuis Avril , on a eu la plus mauvaise prestation de l’histoire terminant dernier de notre poule et par ricochet de toute la compétition. Quelle honte?
Il est donc facile de dire aujourd’hui que si les choses en restaient là , notre CAN ( Coupe d’Afrique des Nations) ne sera pis qu’un fiasco.

Bienvenu
whatsapp-image-2016-09-07-at-6-55-50-am

4 vues