search
Let's put someting here

Abus et trafic de drogue: L’ANCE-Togo tire la sonnette d’alarme dans les quartiers d’Agbalepedogan et Kelegougan

Spread the love

Θ228news (Lomé, le 27 juin 2018)- Les Nations Unies célébraient ce mardi 26 juin la journée de lutte contre l’abus et le trafif des drogues autour de la campagne « écouter d’abord-écouter les enfants et les jeunes est la première étape afin de les aider à s’épanouir ».

L’événement à été marqué par une rencontre médiatique organisée par l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE), une ONG spécialisée dans la lutte.

La rencontre dont l’eclat a été rehaussé par la presence d’une forte délégation du ministère de la securité et delà protection civile, visait à présenter les resultats d’une étude menée par l’ANCE-Togo dans deux coalitions anti drogue pilotes de la capitale, en l’occurrence Agbalepedogan et Kelegougan.

Sur 496 adolescents et jeunes d’âge compris entre 12 et 24 ans vivant dans les quartiers d’Agbalépédogan et de Kélégougan, 64,11% consomment de l’alcool, 17,94% le tabac et 8,27% la drogue. En matière de drogue, le cannabis vient en tête avec 60,98% suivi du tramadol, 36,59% et la cocaïne, 17,04%, révèlent donc ces résultats, qualifiés de très inquiétants et pris au sérieux au niveau du ministère de la sécurité.

Parallèlement, Une enquête réalisée au Togo en 2010 par le ministère de la santés et de la protection sociale révélait pour sa part que ce problème tend à être un problème des jeunes. L’enquête révélait aussi que 3,8% de jeunes de 15 à 24 ans consommaient du tabac et des substances psychoactives. Trois ans après, une autre enquête révélait que 11,2 de garçons et 3,6% des filles fumaient de tabac, 14,4% des garçons et 6,6% des filles consommaient de la drogue.

Ébeh Fabrice,Directeur exécutif de l’ANCE-Togo, a relevé la nécessité de changer l’approche de lutte.

Pour lui, l’usage de la drogue et des substances psychoactives devrait être perçu comme une alternative face à la situation vécue, une affaire de passe-temps ou de dépendance au niveau des jeunes. Il importe donc d’aller de la répression à la prévention, la prise en charge et la réinsertion socioprofessionnelle de ces jeunes, si l’on veut venir à bout du fléau.

La repression à d’ailleurs montré des limites, a ajouté le D.E de l’ANCE-Togo qui a une fois encore appelé à une synergie d’actions.

« L’usage et le trafic de la drogue étant devenu un problème transversal qui touche tous les secteurs notamment les braquages, le viol et les accidents de la circulation, ce qui met à mal notre société, une seule institution ne peut à elle seule circonscrire le fléau. Il faut une synergie d’actions », confiera également un reponsable d’une coalition anti drogue pilote à l’issue de la présentation des résultats.

Cette étude pilote sera étendue dans les autres quartiers de Lomé et les autres localités de l’intérieur du pays, de même que les coalitions anti drogue dans le cadre de cette vaste campagne préventive.

Démocrate

(00228) 91 85 40 14

98 60 67 68

democrate2010@gmail.com

 

4 vues